Alors que le Conseil fédéral publiera bientôt un état des lieux sur le secteur suisse des matières premières, Public Eye dévoile en novembre deux nouveaux cas documentant les pratiques douteuses des négociants helvétiques. Dans les rôles principaux de notre première enquête: Glencore, Vitol et Trafigura.

Dans le cadre de l’affaire Petrobras, l’un des plus gros scandales de corruption de l’histoire, la justice brésilienne examine les contrats pétroliers conclus par Glencore, Trafigura et Vitol avec la compagnie pétrolière nationale, qui s’élèvent à plus de 20 milliards de dollars.

Public Eye et l’ONG britannique Global Witness révèlent que les trois géants du négoce de matières premières ont frayé avec des intermédiaires douteux. Les individus payés directement ou indirectement par Glencore et Vitol sont notamment soupçonnés d’avoir versé des pots-de-vin à Paulo Roberto Costa, l’ancien directeur de Petrobras.

Public Eye s’engage depuis des années pour que ce secteur sensible soit soumis à une régulation contraignante. Afin d’endiguer les risques de corruption et lutter contre la participation des négociants helvétiques à la «malédiction des ressources», qui prive les pays producteurs de revenus essentiels, il est impératif d’établir une autorité de surveillance et des devoirs de diligence spécifiques. Les autorités fédérales agiront-elles enfin pour prévenir de tels scandales?

Nous continuerons à faire pression!

https://www.publiceye.ch/fr/