La mission implique une conception globale: c’est la proclamation et le partage de la bonne nouvelle de l’Evangile par la Parole (kerygma), les actes (diaconia), la prière et le culte (leiturgia) et le témoignage quotidien de la vie chrétienne (martyria); l’enseignement pour édifier et fortifier les personnes dans leurs relations avec Dieu et les uns avec les autres, c’est aussi la guérison en vue de promouvoir l’intégrité et la réconciliation dans la koinonia – la communion avec Dieu, la communion avec chaque être humain, ainsi que la communion avec la création toute entière.

Les envoyés une nouvelle forme de coopération.

Il y a eu les missionnaires, suivis par les coopérants, comme on les appelait dans les années 60. Désormais, on parle d’envoyés, de volontaires ou de « coopéracteurs ».
La coopération au développement par l’échange de personnes est un concept bien implanté en Suisse.Si les termes ont changé les envoyés jouent sur le terrain un rôle dans la connaissance et la transmission.

Témoignage d’un envoyé:

À l’heure où le Service civil à l’étranger est remis en question notamment pour des raisons de sécurité, je pense que l’envoi de civilistes contribue au rayonnement de la Suisse à l’étranger et aussi à la formation et à l’ouverture d’esprit des jeunes Suisses qui ont la chance de vivre une expérience similaire à la mienne. Durant cette année, j’ai été fier de représenter cette Suisse ouverte sur le monde qui ose prendre des risques.

pour plus d’informations